Produits Id qui et pariatur, in, culpa magna ex ea aute ipsum.
Logotype
CONCEPTS FONDAMENTAUX :            Johnny ROULET (7ème DAN) 1) Le KI : Selon la cosmologie orientale, le chaos originel d'où tout fut créé s'appelle KI. L'univers n'existe que par lui, c''est l'énergie de la vie même. Le degré de vitalité de toute chose est son niveau de KI, son absence est la mort. Dans la pratique de l'Aikido, on cherche à devenir conscient de cette énergie, à apprendre à la développer, à conduire son mouvement en s'y unifiant. Les techniques enseignées ne sont qu'un moyen d'atteindre ce but. Par la pratique, on cherche non seulement à comprendre intellectuellement ce concept, mais surtout à l'expérimenter et à l'assimiler jusqu'à ce qu'il échappe à la conscience. Cet apprentissage permet d'acquérir une attitude qui décourage l'intention même d'une attaque. 2) L'harmonie : Dans la pratique de l'Aikido, on ne cherche pas à imposer sa décision à " l'attaquant ", mais on ne le laisse pas non plus imposer la sienne. Le mouvement se crée avec celui du partenaire en harmonisant le flot d'énergie de l'un et de l'autre. C'est en cela que l'Aikido est Harmonie, par l'application du principe de " non-résistance ". Loin d'accepter avec résignation la domination d'autrui, ce principe implique une affirmation totale de la puissance. L'Aikido enseigne à ne pas se laisser paralyser par un modèle rigide de technique, mais à atteindre le but avec son partenaire, tout en laissant l'énergie circuler librement. Atteindre son but sans déranger quoi que ce soit et sans changer ce qui n'a pas besoin de l'être, c'est là le respect pour la liberté, et c'est l'état d'esprit dans lequel on doit pratiquer. 3) Le synchronisme : Il envisage une situation comme une disposition unique, continuellement changeante de ses différentes parties. C'est " l'apparition simultanée de deux ou plusieurs événements signifiants mais non liés par une cause ". L'esprit humain aborde ces deux principes de deux manières différentes : la Raison et l'Intuition. La raison se base sur l'analyse et ne peut donc étudier que les causes de ce qui s'est déjà produit, c'est le monde des " si ". C'est un processus trop lent pour servir au domaine du synchronisme. Le synchronisme se base sur l'intuition qui, elle, n'a pas le temps d'analyser une situation. Elle n'accorde que peu d'importance au passé, n'est pas nécessairement rationnelle ou logique et se moque de toutes explications. Elle attrape au vol l'essence du moment unique, du " ici-maintenant ". La Raison et l'Intuition sont des instruments différents à utiliser à des fins différentes. Quand on est confronté à l'inconnu, que l'on doit agir sur le vif, comme en cas d'attaque physique, où une fraction de seconde signifie vie ou mort, on n'a pas le choix : on doit faire confiance à son intuition. Lorsqu'on a atteint ce niveau par la pratique de l'Aikido, la tension paralysante du doute est éliminée et c'est le subconscient qui dirige l'action, simultanément à la pensée. On s'entraîne à ne pas réagir à une possibilité, mais à agir dans une situation. L’attaque et la défense doivent devenir simultanées, car l'une fait partie de l'autre. La cause crée autant l'effet que l'effet la cause. 4) Le centre : Le centre du corps humain (source de l'énergie vitale) se situe environ deux travers de doigts au-dessus du nombril en avant du corps et, au niveau de la quatrième vertèbre lombaire en arrière. Dans la pratique de l'Aikido, savoir concentrer son attention sur cet endroit (le koshi) est essentiel pour l'équilibre et la coordination des mouvements. Pour exécuter correctement n'importe quelle technique, il faut que tout le corps, et celui du partenaire tournent à partir et autour de cette zone en suivant sa direction. Cette façon de faire demande beaucoup d'entraînement, et seule la pratique régulière permettra d'atteindre la sensation " d'immobilité dans le mouvement " qui la caractérise. C'est la condition sine qua non, car c'est le concept clé par lequel l'Aikido devient plus qu'un entraînement physique ou que des techniques de self-défense. La pratique régulière de " centrer " le mouvement physique entraînera le pratiquant à " centrer " toute sa personnalité. Connaître ses limites et les accepter permet de progresser, car l'expérience du voyage en lui-même, est bien plus importante qu'arriver au but.
Un Art Martial Différent Un Art Martial Différent Un Art Martial Différent Un Art Martial Différent Un Art Martial Différent Un Art Martial Différent Concepts Concepts L’Aikido L’Aikido L’étiquette L’étiquette L’esprit L’esprit Les règles Les règles Le Staff Le Staff vidéos vidéos Contact Contact Le Club Le Club L’actualité L’actualité Accueil Accueil